Jeu-vidéo P.C: Le test de « Left 4 Dead »

left4dead_cover1 Un virus mutagène ayant généré des hordes de zombies et 4 survivants dans ce monde hostile… Ce pourrait être le pitch d’un film d’épouvante cliché mais en l’espèce, il s’agit bien de celui du dernier jeu-vidéo de Valve : le tant attendu « Left 4 Dead » qui propose une expérience multijoueur inédite. Car cette fois-ci, c’est le coop, la solidarité entre joueurs qui est mise à l’honneur et non l’affrontement. Fini le FPS online où chacun joue pour sa pomme afin de grappiller des babioles russes ! La survie exige ici que l’on se serre les coudes car les infectés pullulent et sont loin d’être les lymphatiques mutants qui peuplaient autrefois les écrans de cinéma… Présentation détaillée du cauchemar…

Bill le vétéran du Vietnam, Francis le biker tatoué, Zoey la jeune étudiante et Louis le salaryman. Voici les 4 personnages dont vous aurez l’occasion d’intégrer l’enveloppe charnelle dans Left 4 Dead. De vrais archétypes de série-Z qui ont tous une gueule de star et un puissant charisme. 4 anti-héros qui vont devoir travailler en team pour sauver leurs miches du gourbi qui les entoure. Et ce n’est pas peu dire. Car suite à une contamination virale qui relègue l’anthrax au rang d’une banale rougeole, tous les humains alentours se sont métamorphosés en zombies surexcités face auxquels les 4 épargnés devront faire corps.

Ci dessous : L’intro de « Left 4 Dead » pondue par Valve retranscrit merveilleusement ce que vous allez vivre au sein du jeu…

La coopération, c’est l’essence même du gameplay de Left 4 Dead. Si vous aviez ras le bol de vous faire sniper tous les 10 mètres dans les autres FPS en ligne, le jeu de Valve va vous apporter une touche de salut… Enfin, c’est vite dit car si les joueurs doivent rester groupés et coordonner leurs efforts, il y a une raison : les zombies de Left 4 Dead ne sont pas les traîne-savates d’antan qui peinaient à mettre un pied devant l’autre mais plutôt des morts-vivants dopés aux stéroïdes qui escaladent les barricades, grimpent aux échelles et piquent des sprints fulgurants dans l’espoir de vous équarrir. Sans compter que parfois, leurs charges sont apocalyptiques. Lorsque des hordes vous fondent soudainement dessus en hurlant depuis plusieurs endroits, ça fait une drôle d’impression !

l4d_cap51

Ci dessus (cap. N4FF) : Une arrivée groupée de zombies ! Ça paraît impressionnant comme ça, mais il y a... Bien pire !

Vous l’aurez saisi, la règle dans ce chaos c’est : « Leave no man behind ». Si l’un des survivants manque à l’appel, la fuite risque d’être compromise. Car c’est là le but du groupe de joueurs dans le mode coop. : rallier un point d’extraction (embarcadère nautique, héliport, aéroport…) qui se trouve en toute fin de campagne. Left 4 Dead en compte 4 segmentées en différents chapitres qui vous baladeront dans divers environnements lugubres : centre-ville, hôpital, aéroport, bureaux, rase campagne, marécages, forêt… Si une campagne se boucle grosso-modo en 55 minutes, on prend plaisir à se replonger dans l’enfer car le système « A.I director » de Valve garantit des parties toujours différentes : les zombies ne sont jamais au même endroit et leur nombre est variable. Il n’y a guère que lors de passages-clés que vous savez à quoi vous attendre : un déferlement d’impressionnantes vagues de monstres successives qu’il faudra repousser tant bien que mal. Idem pour les fins qui vous feront tenir des sièges dantesques où contenir les assauts des macchabées sera loin d’être une sinécure. Et même là, les situations sont différentes à chaque fois.

l4d_cap1

Ci dessus (cap. N4FF) : Se faire savater par un mort-vivant n'est pas un plaisir. Là j'ai le choix : lui administrer un headshot d'Uzi (clic gauche) ou le cogner avec l'arme (clic droit) pour le calmer puis le finir aux bastos derrière...

Pour mettre en scène tout cela, Valve a bien calibré le gameplay. Les survivants disposent d’un arsenal classique : pistolets, Uzi, fusil à pompe ou à lunette et M16. Les armes de poing bénéficient de munitions illimitées ce qui n’est pas le cas des autres. Chaque équipier peut emporter jusqu’à 2 pistolets utilisables simultanément, une arme d’épaule et un projectile de lancer : cocktail molotov ou grenade « appât ». Ces dernières attirent les zombies comme des mouches et employées à bon escient, elles permettent de se tirer du pétrin avec plus de facilité. Il faut toutefois rester prudent : le tir ami est activé en permanence. Il serait malvenu que vos compagnons finissent au tapis par votre faute !

l4d_cap3

Ci-dessus (cap. N4FF) : Le point rouge scintillant en bas, c'est une grenade attractive à zombies. Les monstres s'y jettent littéralement dessus oubliant les humains de passage. Dans quelques secondes, il finiront pulvérisés. Au suivant!

Cela-dit, ne pas se faire d’illusion : ça castagne tellement qu’on finit toujours par avoir besoin de soins. S’il existe des trousses médicales pour se rafistoler ainsi que des boîtes de pilules qui vous redonnent un coup de fouet temporaire, les persos ne peuvent emporter qu’un seul de ces items à la fois ! Solidarité oblige, si un camarade est mal en point, il vaudra mieux que vous le pansiez ou que vous lui cédiez vos cachets avant qu’il décède. Le stress vient du fait que remettre d’aplomb un compagnon ou vous-même prend du temps. Un temps pendant lequel vous ne pouvez rien faire d’autre, restant à la merci des zombies alentours ! Il faudra donc rester vigilant en pareil cas et assurer des tirs de couverture à la personne qui porte assistance. Idem lorsqu’on relève un camarade à terre.

l4d_cap2

Ci-dessus (cap. N4FF) : "Left 4 Dead" est bien pensé. Le HUD est minimaliste et permet d'afficher l'état de santé de vos compagnons. Lorsqu'ils sont hors de vue, leurs silhouettes apparaissent en contours bleutés histoire d'aider à la cohésion de groupe, indispensable à la survie.

On imagine donc bien à quel point les parties peuvent être trépidantes ! Surtout qu’aux zombies classiques s’ajoutent régulièrement des boss redoutables. Le Hunter à l’agilité phénoménale bondit sur ses proies pour les lacérer. La malheureuse victime est alors clouée au sol tant que vous n’abattez pas l’agresseur. Le Smoker déploie quant à lui une langue de 15 mètres pour vous étrangler. Même punition : la proie est incapacité tant que le Smoker n’est pas zigouillé. Plus intéressant encore, le Boomer. Ce gros zombie flasque vomit une bile verdâtre sur sa cible. Elle a la particularité d’attirer les zombies en masse. Outre le fait que la victime n’y voit plus guère pendant une quinzaine de secondes, elle est assaillie en masse ! Continuons avec le Tank, un mutant massif qui vous envoie valdinguer de plusieurs mètres à coup de grosses mandales. Particulièrement résistant, il faudra que toute l’équipe coordonne ses efforts pour en venir à bout. En terrain ouvert, on s’en sort nécessairement mieux que dans une cage d’escaliers… Enfin, terminons le bestiaire avec la Witch. Cette créature pleurnicharde d’apparence innocente reste recroquevillée tant que vous ne la dérangez pas. Si vous faites trop de bruit ou que vous l’alertez avec une lumière (éclairages tactiques de vos armes), vous comprendrez votre douleur tant sa sauvagerie dépasse les bornes !

l4d_cap4

Ci-dessus (cap. N4FF) : Un Boomer ! Ce gros tas de tripes vomit assez loin. Là, c'est mon pote Bill qui va se faire engluer. Et là, c'est chaud. Une flopée de zombies va nous tomber dessus comme la peste sur le bas-clergé !

Tout cela réuni crée des situations d’anthologie ! Il m’est arrivé avec des camarades de lutter pour repousser des hordes afin d’entrer dans un abri de ravitaillement ou encore de perdre la vie alors que le salut était proche. Réduits à 3, mes 2 camarades s’étaient hissés sur le pont du navire venu nous récupérer pendant que je couvrais les arrières. Malgré leurs efforts en retour, j’ai fini par être submergé d’autant qu’un Hunter et un Tank m’ont fondu dessus à tout berzingue… R.I.P.

Bref, tout cela pour dire que Left 4 Dead assure des parties intenses et jubilatoires. Le mode coopératif du jeu est de loin le plus jouissif. En complément, le mode Versus qui propose de jouer alternativement un survivant ou un mutant vient le compléter honnêtement, encore que, il ne se déroule que sur 2 des 4 campagnes… Un choix curieux de la part de Valve. Quant au mode solo, il est inutile, si ce n’est pour vous familiariser avec le jeu avant d’entrer dans l’arène du online. Car si les bots sont loin d’être manchots, ils n’ont pas vraiment l’esprit d’initiative ni la potentielle stratégie d’un joueur humain.

Ci-dessous (MàJ du 08/12/2008) : Un certain Jack a réalisé cette bande-annonce avec des séquences de gameplay. Vous allez tout comprendre…

Techniquement, Left 4 Dead ne démérite pas. Effectivement, on ne se situe pas à la pointe des FPS actuels puisque Valve a recyclé le moteur d’Half-Life 2, mais le résultat est plus qu’honnête ! Il démontre au passage qu’un jeu bien architecturé même s’il n’est pas renversant d’effets dernier cri, vaut mieux qu’une machinerie technique au gameplay et à l’intérêt douteux ! La remarque vaut aussi pour le cinéma d’ailleurs ! Un cinéma dont Valve s’est inspiré pour l’habillage de Left 4 Dead, puisque chaque campagne est présentée comme un film par le biais d’une affiche et se termine sur des stats déroulée à la manière d’un générique de fin. Joli clin d’œil aux horror-movies traditionnels dont il s’inspire largement, clin d’œil qui trouve un prolongement dans le jeu grâce à un filtre de bruitage de l’image dont on peut régler l’intensité dans les options de jeu. Dans tous les cas, Left 4 Dead est loin d’être un gourmand ce qui le rend donc accessible à un large parc de machines.

En guise d’épitaphe, on dira ceci : Left 4 Dead est un excellent jeu coopératif en ligne et dont le gameplay est parfaitement pensé. Le seul point faible de la bête, c’est de ne proposer que 4 campagnes différentes. 2 ou 3 de plus auraient été bienvenues. Mais le fameux « A.I director » qui assure des parties sans cesse renouvelées pallie ce menu légèrement maigrelet, que l’on peut toutefois agrémenter grâce à divers niveaux de difficulté et au mode Versus. Au final, défourailler du zombie en petit comité qui doit agir de concert, c’est le pied ! L’expérience vaut franchement le détour. On ne saurait que trop vous recommander de vous pencher sur ce jeu (également dispo. sur X360). Pour une fois que l’infection d’un P.C, ça a du bon !…

Publicités

4 Responses to Jeu-vidéo P.C: Le test de « Left 4 Dead »

  1. Thilo dit :

    Très bon test qui résume bien les qualités de ce formidable jeu !
    Quand à la durée de vie je ne m’inquiète pas ( du moins sur PC ! ) .
    Des mises à jours de maps/boss/armes sont bien entendu prévues ( vers Noël ? ) et l’inventivité de la communauté des moddeurs assurera le reste du boulot !

  2. jeff dit :

    Salut Thilo. Toujours plaisir de voir les fidèles sur N4FF ! Merci du compliment pour le test. D’accord pour la durée de vie. On reprend plaisir à refaire les campagnes. Quant on tombe avec de bons joueurs, c’est un régal d’aller taquiner les niveaux de difficulté élevés ! On ne s’en lasse pas ! Un excellent jeu coop ! On vous le recommande chaudement une fois encore à tous !

  3. Hervé dit :

    Oui, il s’agit d’un très bon test. Vous qui passez ici et vous demandez si vous pouvez l’acheter, n’hésitez pas !! Enfin sauf si vous détestez les films de zombies de la grande époque, parce que dans ce cas vous n’aimerez pas le jeu à mon avis. Je soupçonne d’ailleurs les mauvaises critiques sur ce jeu (très rares) d’être le fait de gens qui au départ n’ont aucun intérêt pour le genre au cinéma.Car ce jeu retranscrit parfaitement l’ambiance des vieux films de Romero (et ce même si ces zombies là sont rapides): UNnpetit nombre de survivants, pas trop d’explications foireuses sur la raison de l’épidémie (de ce point de vue là, I am Legend au cinéma était pas mal, mais complètement à côté de la plaque, beaucoup trop démonstratif), une ambiance ultra-glauque, et des hectolitres de sang (à ce titre, j’ai trouvé que la physique des projections de sang était très bien faite, et assez « réaliste » par rapport à ce qu’on attendriat dans un film de genre).

    Enfin tout ça pur vous dire que je me méfie des jeux qui mettent en scène des zombies, ce qui fait que je n’étais pas particulièrement en attente de ce jeu au début. Les clips et surtout les permières previews de gens qui y avaient joué à partir de l’E3 ont « éveillé » mon intérêt, et puis après avoir joiué à la démo j’ai été convaincu. Ce jeu est vraiment génial, à mon avis il fera date dans l’histoire du jeu vidéo tout court…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :