Fun: 1ère Journée Internationale des Zombies… Non le zombie n’est pas mort et enterré !

zombiewalkparis08 Un « nouveau » phénomène vient enrichir la panoplie des festivités urbaines de notre monde. Après les techno-parades et autres gay-prides, voici venir les Zombie Walks (lit. « marches zombie« ). La toute première démonstration française d’ampleur réunissant des morts-vivants claudicants dans les rues de Paris et Lyon s’est tenue le dimanche 26 octobre dernier dans le cadre… de la 1ère Journée Internationale des Zombies ! Loin d’être un acte isolé, cette joyeuse manifestation « horrocambolesque » participe donc d’un mouvement mondial généralisé… Focus dans la suite de l’article…

Le Zombie Walk, contrairement aux apparences, ce n’est pas fondamentalement nouveau… Expliquons-nous… On savait depuis bien longtemps déjà, que la créature empruntée à la culture vaudou s’était taillée une place de choix dans le bestiaire horrifique destiné à titiller le trouillomètre des masses. Du 7ème art (qui a parlé d’Alfred Romero ?) en passant par la chanson (le clip du mythique Thriller de M. Jackson réalisé par… John Landis !) ou le jeu vidéo, elle a fait des émules et des fans. De là à ce que comme tous les mythes puissants, le zombie finisse par prendre corps pour de bon sous nos fenêtres, il ne restait qu’un pas à franchir… Celui de la mise en scène organisée en chair et en os (expression, vous noterez, fort à propos en l’espèce…).

zombiewalk021

Ci-dessus (photo par Mark Marek - Wikimedia Commons lic. - 2007) : Impressionnant maquillage d'une participante à la Zombie Walk d'Edmonton en octobre 2007 (clic sur l'image pour accéder à la source)

La toute première manifestation connue du genre eût lieu à Sacramento au tout début des années 2000. L’objectif était alors de participer à l’environnement promotionnel d’un festival de film d’horreur : The Trash Film Orgy. On était encore loin du déferlement de zombies emmené par des fans en ordre de marche. En fait, « l’institutionnalisation » de ce type d’événement débuta au milieu des années 2000, toujours en Amérique du nord. Des fans d’horreur et de grimage ont commencé à se rassembler pour investir des lieux publics, vêtus de guenilles et couverts d’hémoglobine en adoptant la démarche dégingandée de leur créature d’outre-tombe favorite… Comme s’il n’y en avait pas eu assez des atroces transformations survenues dans l’Etat de Pennsylvanie… Brrrr !

De là, le zombie a sérieusement commencé à passer du statut de paria effrayant à celui d’arme de distraction massive à vitesse grand V. Car c’est bien connu, la zombification, à l’image de toute les pandémies, possède un facteur de propagation hors-norme. Suède, Brésil, Australie, Allemagne, Finlande, Canada… Et maintenant France, chacun possède son défilé de « haute-coupure » ou chacun rivalise d’ingéniosité joyeusement macabre afin de ressembler au mieux à celui qu’il redouterait sûrement de devenir. Et cela va de soi, durant l’exhibition, point de manières : on se dandine et on pousse des râles gutturaux, des cris et autres onomatopées à qui mieux-mieux. A être le zombie d’un jour, autant y aller à fond.

Et l’apogée du style a été atteint ce 26 octobre 2008 avec le 1st World Zombie Day (1ère Journée Mondiale des Zombies – rien que ça !). Plusieurs villes du globe se sont engagées dans ce mouvement. parmi elles : Sydney, New-York, Londres ainsi que… Lyon (site de la Zombie Walk) et  Paris (site de la Zombie Walk) !

Pour admirer quelques lambeaux choisis de la « zombie-pride » parisienne, rendez-vous sur le portfolio du blog de Flex’Graph.

Comme quoi le zombie est encore loin d’être mort et enterré !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :