Téléchargement illégal : l’humeur du moment chez les artistes…

dumbemule Le débat sur le téléchargement illégal bât son plein. Si on est abreuvé des positions des institutionnels et autres industriels du disque, on a moins d’échos des artistes eux-mêmes. Nous vous proposons donc un bref tour d’horizon de l’humeur du moment d’artistes de chez nous et d’ailleurs…

1. 52 artistes français signent dans Le Journal du Dimanche un manifeste qui soutient explicitement la loi « Hadopi » qui devrait mettre en service début 2009 l’autorité indépendante et le principe de « riposte graduée » qu’elle prévoit. Les intéressés se déclarent « inquiets, très inquiets » de la situation du piratage. S’ils reconnaissent qu’il est nécessaire de réfléchir à l’évolution de l’offre de musique dématérialisée et qu’il faut assouplir les conditions d’utilisation des œuvres acquises légalement, ils ne comptent pas non plus sacrifier le respect des droits d’auteurs et l’avenir de leurs professions. Ceci étant, comment se fait-il que seuls 52 artistes, tous par ailleurs de grosses têtes d’affiche, soient mobilisées sur cette opération… Quid des nombreux autres ?

2. De l’autre côté de l’Atlantique, le groupe Kiss que l’on avait pas entendu depuis Psycho Circus (1998), donne à nouveau de la voix par l’intermédiaire de son bassiste Gene Simmons. « The Demon » pousse sa gueulante et déclare que le combo ne remettra pas les pieds en studio tant que le piratage ne sera pas éradiqué. Le comportement des fans ainsi que l’absence de vraie réaction des industriels du disque sont pointés, Simmons appelant tout ce beau monde à « se mette d’accord et devenir civilisé« . Au passage, il en profite pour fustiger Radiohead qui avait pris l’initiative de proposer le téléchargement de son dernier In Rainbow à prix libre. Il renchérit donc sur le propos de Paul McGuiness, manager de U2, qui s’était déjà élevé contre cette mesure n’ayant pour effet selon lui, que de casser le marché. Personne n’a cela-dit attaqué N.I.N qui a opéré quasi de la même façon pour diffuser son Ghosts I-IV, certes à un prix fixe mais modique : 5$ U.S ! Rappelons qu’en une poignée de semaines,  le groupe de Trent Reznor annonçait plus d’1,5 millions de $ de C.A ! Il est décidément plus facile de voir la poutre dans l’œil du voisin…

3. Tous les excès sont décidément de la partie ! Kid Rock a récemment joué la carte de la provocation à contre-pied. Le chanteur américain a affirmé haut et fort : « Tout le monde peut télécharger ma musique illégalement. Je m’en fiche« . Et d’en ajouter une couche : « Les maisons de disques volent les artistes depuis des années« . Même sanction verbale à l’encontre de diffuseurs comme iTunes. Bon, un peu « extrême-limite » ce discours et même facile quant on sait que le Kid est loin de manquer de quoi que ce soit. Ceci étant, à certains égards, il ose dire tout haut ce que beaucoup doivent penser tout bas. Mais ça n’enlève pas pour autant la qualification de « contrevenants » aux pirates !

4. Retour en France avec le DJ-producteur Joachim Garraud paré pour sa part à tenter l’expérience d’un nouveau modèle économique pour la diffusion de musique : « le CD à la demande ». Prévu pour la commercialisation de son 1er album Invasion 2008, il consiste pour l’internaute à composer lui-même sa galette parmi une liste de morceaux et de choisir ses goodies et son packaging. En somme, un concept de custom-shop appliqué au CD audio. Pas non plus tombé sur la tête, le producteur confirmé admet qu’il étudie aussi les moyens de freiner la diffusion de son œuvre prochaine sur les réseaux de partage… Et si son affaire de CD personnalisé marche, il compte bien la proposer à d’autres groupes ! « Business is business ».

On vous laisse méditer tout ça…

4 commentaires pour Téléchargement illégal : l’humeur du moment chez les artistes…

  1. Emmanuel dit :

    Ah le grand débat du téléchargement pirate !
    La réaction de Simmons n’est pas étonnante, après tout même les plus fervents admirateurs de Kiss admettent que ce monsieur s’inquiète beaucoup plus de son porte-monnaie que de ses compositions en ce moment (et je ne dis pas cela pour ternir la qualité de ce groupe historique). L’éradication du piratage est peut-être une bonne excuse dans ce cas-là, ne devrait-on pas plutôt voir le manque d’inspiration comme véritable source de leur désertion des studios depuis dix années ? Surtout que, sincérement, c’est pas Kiss qui va faire de mauvaises ventes de CD ^^

    Enfin, même en étant personnellement un grand défenseur de l’achat de cd, afin de soutenir l’artiste et aussi pour le plaisir du collectionneur, je dois avouer que ca me gène toujours de voir des artistes râler contre le téléchargement. Après tout, avant de râler après les fans qui téléchargent, ne vaudrait-ils pas mieux s’attaquer aux majors qui s’enrichissent au détriment de leurs artistes ?

    Après, évidemment qu’on comprend leur colère vis à vis de leur travail, mais quand on voit dans la liste certains noms comme Johnny Hallyday ou les stars-jetables du moment, bon … Ca fait sourire. Ce ne sont certainement pas eux qui auront à souffrir de la situation actuelle de l’industrie de la musique, mais plutôt les petits artistes qui n’arrivent pas à percer, et ceux auxquels on supprime moyens ou tournées …

    Bref une réforme contre le téléchargement, pourquoi pas, personnellement je pense qu’elle devrait tout d’abord se faire à la source ; par exemple, éviter de vendre des cds vieux d’une quinzaine d’années à plus de 20€ comme on le voit trop souvent dans une grande chaine de magasins que l’on ne citera pas mais dont le directeur est justement à la tête d’une commission de réflexions anti-téléchargements …
    Il reste sûr et certain que si le format CD venait à disparaître au profit du MP3 si impersonnel, il y aurait beaucoup de malheureux à commencer par moi …

    Bravo pour ce bon petit article😉

  2. jeff dit :

    Merci Emmanuel pour cette contribution très intéressante !

  3. berci dit :

    Je suis choqué par tous ce scandale en rapport au téléchargement illégal..
    Le marché du disque a rapporté des milliard de dollars a toute les majors et les maison de disque pendant des dizaine d’années.. tout simplement pare ce que c’était la seule solution pour les auditeur d’écouter ca musique préférer ..! Mais on payait quand même quelques chose de physique … disque, pochette, + distribution etc …!

    Mais maintenant que la technologie nous permet d’avoir de la musique gratuite pourquoi ne pas en profiter..!?

    pourquoi ne pas tuer cette belle industrie du disque qui sait gavé pendant des année pour enfin laissé place a ce qui est vraiment un artiste, une personne qui parcours le monde pour ce produire devant un public en concert, et ganer son argent comme ca….ce qui est la base du travail d’un artiste …la scène…!
    Et laissé les mp3 pour la promotion gratuite de l’artiste et non pas pour gagner de l’argent..!

    Utopiste mais possible …

    • G.Guillin dit :

      Vos remarques sont hors de propos voire même dangeureuse à terme !

      En effet, la musique gratuite sur internet pose aux artistes créateurs au début de leur carrière le problème suivant :

      Faire de la musique coûte malgré les progrès de la technologies cher, voir très cher,
      et dermande des centaines d’heures de composition de répétitions et de préparation technique.
      Pour ne parler que de l’enregistrement qualité professionelle le musicien doit passer par les étapes de l’enregistrement, du mixage, du mastering et finalement par le pressage du support lui-même.
      Et bien-sûr, la grande majorité du temps à ses propre frais !
      Pour simple information, la réalisation d’un disque de qualité coûte, sans comter la promotion, en moyenne plus de 6000 euros.

      On propose donc une fois cet investissement personel considérable réalisé d’être retribué grâce aux concerts, il faut savoir que pour un artiste la moyenne de rétribution par concert est de l’ordre d’environ 60 euros (voir moins), et un professionnel en obtient difficiement plus d’une dizaine par mois.
      Selon cette demande seul des fils à papa aurait les moyens de faire de la musique !

      Le fond du débat pour le futur est donc de savoir si l’on est pour ou contre le droit d’auteur et non de savoir si l’on est pour ou contre le profit des maisons de disque ( scandaleux …).

      En conclusion, la musique gratuite représente aujourd’hui pour des jeunes musiciens l’endettement, la précarité et la galère. Et en d’autre terme si la situation ne change pas ils pourront écrire sur les murs et cette fois-ci avec raison :

      – NO FUTURE !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :