Cd musique: Weezer – Le « Red Album » analysé titre à titre

porkandbeans_cover 3 ans après « Make believe », Weezer revient enfin avec une nouvelle galette à la robe rouge. Ce « Red Album » vient ainsi compléter la « série » des Blue et Green albums des rois du power-rock. Et pour rester dans les considération tonales, on bout d’impatience de savoir si Rivers Cuomo et ses acolytes vont effectivement ramener pleinement l’affaire dans le rouge. Car le précédent « Make believe » avait tout de même laissé sur son passage un petit parfum d’inachevé. En piste ! Analysons la matière titre par titre !

1. Troublemaker : Sans être le titre le plus accrocheur du L.P, il évoque un terrain connu. L’entame ne dénote pas, mais on attend la suite du disque pour avoir confirmation…

2. The greatest man that ever lived : Voici que Weezer nous fait son Jesus of Suburbia voire son Bohemian Rhapsody. A l’image de ces « chansons poupées russes », The greatest man… joue la carte de la fresque musicale à coup de variations de mélodie et de tempo à gogo. Mais il laisse assez dubitatif. On parvient à l’ingérer après plusieurs passages notamment grâce à son refrain catchy et ce, malgré un profil un peu tiré par les cheveux. L’expérience est toutefois intéressante.

3. Pork and beans : Premier single et sans nul doute, pièce maîtresse du disque. Le style est conforme à ce qu’on attend d’un Weezer en ordre de marche. Le son est gonflé, la mélodie est ultra-efficace… Excellent exemple de songwriting à rapporter au meilleur de Weezer et notamment aux incontournables du Blue Album. A voir absolument : le clip qui parodie des séquences-cultes du web.

4. Heart song : On attaque sur quelques accords de guitare folk… Et on attend que cette ballade produise un effet mais rien ne vient. Encéphalogramme plat.

5. Everybody get dangerous : Prenez Rivers Cuomo et remplacez-le par Anthony Kiedis : vous obtiendrez presque du Red Hot Chili Peppers.  On ne peut s’empêcher de penser à un titre comme Can’t stop. Cuomo et ses sbires sont-ils sérieux ou à prendre au 2nd degré sur ce coup ? Acceptable…

6. Dreamin’ : Un titre power-pop qui aurait pu figurer sur le Green Album tant il affiche une physionomie proche du contenu global de cet album (du reste loin d’être le meilleur). Du Weezer convenu qui s’écoute, sans toutefois être aussi entêtant qu’un Simple page ou un Photograph.

7. Thought I knew : Weezer attaque un registre « folk on the beat » à l’image de ce qu’ont pu faire les Sugar Ray sur des titres comme Every morning (album 14:59). Malgré un bonne ligne mélodique, il provoque un brin de lassitude.

8. Cold dark world : Le morceau possède une vraie accroche mais sa répétitivité ne joue pas en sa faveur. Il manque un je ne sais quoi de relief. Et malgré les efforts que l’on suppute, le manque d’émotion se fait cruellement sentir.

9. Automatic : Titre un peu plus punchy qui donne dans un rock mis en scène avec franchise. Si on se garde de trouver l’inspiration franchement géniale, ça passe. Sans renverser personne, mais ça passe !

10. The angel and the one : Le titre est établi sur un crescendo qui n’atteint malheureusement pas les sommets, loin s’en faut. On s’ennuie.

En guise de conclusion : On se demande dans quelle sphère Rivers Cuomo traîne ses guêtres. Paré de son apparence d’éternel ado dont la désormais moustache lui donne un air assez « beauf’ des familles », le leader de Weezer semble même naviguer entre différentes dimensions qu’il a du mal à assembler pour se contituer un univers cohérent. C’est en tous cas l’impression que donne ce Red Album. Le résultat n’est donc pas renversant. Mais malgré tout, ce prolifique songwriter laisse toujours traîner qualque part un éclair de génie. S’il faut aller le chercher un peu loin parfois dans ce disque, c’est certainement ce qui fait qu’on y consacre volontiers une oreille. Les deux, c’eût été mieux. Pas génial sans être non plus quelconque, le Red Album a pour lui de chambouler le répertoire de Weezer en éveillant la curiosité plus que l’extase musicale. On aurait évidemment préféré le contraire. A ressortir un disque du combo, on s’enfilera quand même sans hésitation le sublimissime Pinkerton.

Publicités

8 Responses to Cd musique: Weezer – Le « Red Album » analysé titre à titre

  1. Cyril dit :

    Aaaaaaaaaaaaaaaaaaarg 😦 C’etait pourtant bien parti…

    « Let it go

    The damage in your heart

    I can’t tell you how the words will make me feel
    I can’t tell you how the words will make me feel. »

  2. jeff dit :

    Oui, on a cru au meilleur. Loin d’être le pire, cette galette ne sera pas non plus un inoubliable. Cela dit, elle possède quand même quelque chose d’exotique. En bref, un disque correct, sans enthousiasme débordant comme on aurait souhaité que ce fût le cas.

  3. Wazcrack dit :

    Arf, oui, le single Pork and beans était fort en promesses, c’est dommage que le reste suive un peu moins. Certains morceaux restent toutefois intéressant mais ça ne sera pas leur album d’anthologie.

  4. jeff dit :

    On attendait effectivement quelque chose d’autre pour relancer la machine pleinement. Un peu dommage… Ça laisse un goût d’inachevé frustrant tant le groupe est parvenu à écrire de belles pages de la power-pop.

  5. Padamox dit :

    Vous êtes durs ! Les 4 premiers morceaux sont imparables ! Je pense, pour ma part, que la plupart des groupes de rocks ont tout donné dans leur 3 premiers albums, la suite n’étant généralement qu’un long recyclage pathétique de leurs débuts, ou de vaines tentatives d’expérimentations. Weezer n’échappe pas à ce constat. Mais le groupe a su garder une partie de la fraicheur de ses débuts, et cet « album rouge » n’a vraiment rien de déshonorant dans sa discographie.

  6. jeff dit :

    @ Padamox : Merci pour ce commentaire qui ouvre le débat. Effectivement, l’album n’est pas déshonorant, loin s’en faut. Il y a même quelque chose d’attachant dans ce Red Album et on le reconnaît volontiers : Cuomo parvient toujours à sortir une tournure accrocheuse de sa besace. Il faut parvenir à entrer dans le « nouveau » trip proposé par Weezer. Il y a des parties intéressantes dans cet album, c’est sûr. Mais l’intérêt des titres reste inégal à mes yeux. Cela-dit, non, je ne flanquerai pas ce disque à la poubelle, loin de là ! Il tourne toujours de temps à autres sur ma platine ! A très bientôt !

  7. Ju dit :

    Bonjour,

    Et bien franchement, venez faire un tour sur notre site pour changer d’avis au sujet de ce disque :

    http://www.desoreillesdansbabylone.com/2008/08/weezer-2008.html

    Musicalement.

    Ju.

  8. jeff dit :

    Merci Ju ! Il est en effet important que les lecteurs accedent a diverses chroniques. En matiere de musique, aucune verite vraie ! Toutes les opinions sont bonnes a prendre. Merci pour votre passage par chez nous et pour le lien ! Cordialement !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :