CD musique : Vampire Weekend

vampireweekend_cover Vampire Weekend n’en finit plus de faire « buzzer » ces derniers temps. Il faut dire qu’en bon prototype de la nouvelle scène new-yorkaise, le groupe s’inscrit dans une démarche originale qui amène une fraîcheur bienvenue dans un paysage musical relativement convenu, cela grâce à un cocktail maison de tendances pop-folk assaisonnées de rythmes afros…

Malgré un nom suffisamment mystérieux pour qu’on soit tenté de l’attribuer au dernier groupe goth. du moment, les Vampire Weekend n’ont absolument rien d’austère. Au contraire, les quatre jeunes gens studieux diplômés de Columbia sont plutôt du genre à manier la palette de couleurs façon Andy Warhol. Reste que leur image a de quoi intriguer : cabans vissés sur les épaules, propres comme des sous neufs, on se demande dans quel registre ces éphèbes peuvent bien émarger ? Un temps, on finit même par se dire désabusé qu’on a affaire à un énième combo de british-pop revival qui aurait trop siroté la discographie des Beattles. Fausse route.

Ci-dessous : le clip de « A punk », titre extrait de l’album. This is the Vampire Weekend spirit !

Vampire Weekend et son premier album éponyme est devenu en l’espace de quelques mois l’un des phénomènes majeurs de ce qu’on surnomme « le nouveau son de New-York », aux côtés d’autres formations bien inspirées comme MGMT. Des groupes pour lesquels plus rien n’est entendu et qui se plaisent à dépasser les formats classiques afin de bousculer un peu les réflexes musicaux à l’image des finlandais de The Do. Dans cet exercice, Vampire Weekend excelle il faut bien le reconnaître, qui plus est avec un trait particulier qui n’a pas manqué jusqu’ici de placer le quatuor au centre de toutes les focales : son attachement à la musique africaine, particulièrement au travail de percussion. Pourtant, les résumer à ce seul aspect de leur personnalité, c’est en donner une vision simpliste au possible loin de la réalité. D’autant que Vampire Weekend s’est bien gardé d’un simple contre-collage de pop-song et de musique ethnique. Non les « east-side boys » ne versent pas dans la world-music pompeuse biodégradable. Mûrs pour leur jeune expérience, il ont suffisamment d’intelligence pour se passer de ce genre de facilité.

De la musique afro, Vampire Weekend préfère s’approprier les mécanismes (de rythmiques, de chœurs…) plutôt que les phrases clé en main. Du tribal appuyé au zouk chaloupé, on retrouve une belle diversité d’influences avec lesquelles le groupe jongle habilement pour ciseler son style. La fluidité est telle qu’on finit par ne plus y prêter cas pour se consacrer simplement à l’écoute du tout. Et le « tout », avec son ossature folk / pop-music bien établie, surprend par son audace, par son tempérament à prendre les choses à contre-pied, par l’intégration de sonorités diverses et inattendues. Le « mix » est aéré, les titres avoisinent les 2 minutes 30 de moyenne, la voix d’Ezra Koenig voltige, bref, l’ennui se garde bien de faire incursion dans la tracklist de ce disque au joli capital sympathie. Des morceaux folks drapés de couleurs africaines aux compositions dont le caractère pop est plus évident, c’est gai, frais, revigorant et de plus, exécuté avec une simplicité charmeuse. Définitivement, Vampire Weekend est le groupe hautement recommandable du moment.

Ci-dessous : une petite couche supplémentaire de charme avec ce live acoustique du titre « The kids don’t stand a chance » enregistré à Paris (La Chapelle) pour « La blogothèque-Les concerts à emporter ». Un reflet de l’état d’esprit du groupe.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :