Disparition de Gary Gygax

gary_gygaxNi perdu dans les dédales d’une citadelle médiévale oubliée, ni égaré dans un de ces mondes imaginaires qu’il a façonnés, Gary Gygax, auteur du jeu de rôles « Donjons & Dragons », s’est tout simplement éteint à l’âge de 69 ans. Petit hommage à un inventeur qui a contribué à cultiver l’imaginaire de hordes de joueurs sur la planète en créant un nouveau genre de divertissement : le jeu de rôles…

(Ci-dessus : « G. Gygax à la Gen Con 2007 » par Alan De Smet)

Donjons & Dragons (Dungeons & Dragons) reste aujourd’hui LA référence en matière de jeu de rôles. La série, véritable best-seller, a connu un nombre colossal de publications comme aucune autre du genre et a été déclinée sous de nombreuses autres formes (dont le jeu vidéo). Au-delà du succès commercial, le jeu revêt une dimension historique qui explique l’attachement quasi-affectif que lui témoignent les rôlistes. Car en effet, lorsque Ernest Gary Gygax empreint des œuvres littéraires de J.R.R Tolkien enfanta Donjons & Dragons, il endossa la paternité d’un genre qui allait faire des émules : le jeu de rôles.

Né à Chicago à la fin des années 30, Gygax se passionne pour le wargame, un jeu de table permettant à l’aide de figurines disposées sur un plateau, de reconstituer des batailles historiques. C’est en 1974 qu’il provoque le remue-ménage au sein des ludothèques en publiant la toute première version de Dungeons & Dragons par le biais de la société qu’il a fondée : TSR (Tactical Studies Rules). Les joueurs ne se contentent plus de déplacer des pions sur un plateau cartonné dont ils n’ont d’ailleurs plus besoin. Une feuille de papier et des dés biscornus, voici le seul attirail nécessaire pour entrer dans l’aventure. Les joueurs incarnent désormais individuellement des personnages fantastiques (guerriers, elfes, mages, nains…) et vivent littéralement des scenarii épiques qui les conduisent à des quêtes héroïques sous la conduite d’un « maître de jeu », sorte de chef d’orchestre chargé de la narration de l’histoire et de la gestion du déroulement des parties. Le jeu vient d’entrer dans une nouvelle « aire », se théâtralisant, permettant aux joueurs de s’identifier à des personnages haut en couleurs possédant des habiletés propres et évolutives au fil du temps… On pense, on s’exprime, on adopte les mimiques d’un héros dont on se plaît à forger la personnalité et contrairement à un jeu « classique », les parties ne sont jamais plus terminées lorsqu’on ferme la boîte du jeu. On entre dans des campagnes qui peuvent durer indéfiniment, que l’on mène à la manière de feuilletons dont les épisodes se déroulent jusqu’au bout de la nuit, en collaborant avec les autres joueurs de la troupe… Gary Gygax va finalement être le premier créateur d’univers virtuels en exploitant le plus puissant des moteurs 3D au monde : les capacités d’imagination de l’être humain.

Désireux de parfaire son travail, Gygax va se consacrer dans la foulée à l’amélioration de son jeu pour en sortir une deuxième version à la fin des années 70 : la bien connue Advanced Dungeons & Dragons (AD&D) qui a également fait date. L’auteur quittera sa société au début des années 80. Tenu à l’écart de TSR, il se consacrera à l’écriture de romans d’heroic-fantasy tirés de l’univers de D&D. Il va bien plancher sur l’élaboration d’autres JdR mais ceux-là ne rencontreront pas l’écho démesuré de « Donjons »…

Devenu auteur indépendant, il contribuera à nouveau à l’enrichissement des mondes médiévaux-fantastiques de D&D à partir de 1997, lors de l’acquisition de TSR par l’américain Wizards of the Coast, maison d’édition spécialisée en fantasy et sci-fi (entre-autre distributeur des battle-cards Magic : l’Assemblée).

Gary Gygax est décédé ce mardi 4 février 2008. On se plaît à croire qu’il repose désormais dans une sorte de Valhalla, partageant la liesse de valeureux héros occis par des hydres ou autres golems au cours d’une des nombreuses partie de D&D dont il aura été forcément quelque part l’inspirateur, ne serait-ce que de manière fugace…

warrioradd
(Illustration : « Sanctified of Kord » par Steve Argyle)

3 commentaires pour Disparition de Gary Gygax

  1. Cyril dit :

    Merci pour cet hommage, il le meritait bien.

    Fumble et echec critique : rest in peace.

  2. jeff dit :

    Un « changement de plan » bien malheureux en effet… (les initiés comprendront)😦
    R.I.P

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :