B.D : « OKKO » Tome 4 – Le Cycle de la terre 2/2

okko_t4 Nouvelle plongée dans l’Empire du Pajan sous la direction du talentueux Hub qui ravit ses lecteurs depuis le premier tome de « Okko », sa magnifique série publiée chez Delcourt. Ce volume, quatrième du nom, vient clore le « Cycle de la terre » avec maestria…

L’histoire :

Okko, le samouraï sans maître chasseur de démons et sa troupe, sont toujours à la recherche du huitième monastère afin de percer le mystère de la sinistre confrérie du corbeau avec laquelle ils sont aux prises. Réfugiés dans les montagnes enneigées balayées par le blizzard, ils sont amputés d’une partie de leurs forces vives : Noshin, le moine élémentaliste buveur de saké a été grièvement blessé lors de l’attaque de l’armée des morts conduite par les moines au corbeau. Quant à Noburo le puissant guerrier, il a été enlevé par un kami dément dans la forêt. Accompagné du jeune disciple de Noshin, de la guerrière Fauche-le-vent et de Zetsuka Bashimon, la femme samouraï, Okko prend le chemin des bibliothèques interdites, perdues dans l’immensité montagneuse. Ils vont y découvrir les sombres dessins du démoniaque ordre du cobeau…

Ci-dessous (Hub© – éd. Delcourt) : extrait du tome 4 de Okko.

okko_t4sample

Notre avis :

Hub, toujours accompagné de Stephan Pelayo à la colorisation, poursuit son chef-d’œuvre de main de maître. L’ambiance de son univers, un Japon médiéval-fantastique imaginaire dans lequel on retrouve des références authentiques, reste toujours aussi captivant. Le dessin assure un émerveillement de tous les instants et on se délecte de l’imagination dont l’auteur fait preuve.

La narration conserve un rythme excellent grâce à un découpage travaillé, un vignettage dynamique et des mises en scène de haute volée. La dernière partie du volume qui dépeint le siège d’un fortin par les armées sinistres des frères du corbeau fournit un bel exemple de cet habile savoir-faire. Certains passages en forme de flashes-back s’immiscent dans l’histoire, mais leur intégration ne provoque aucune rupture. Au contraire, leur mise en image leur confère un aspect charmeur au pouvoir hypnotique tout aussi fort que le scénario principal. S’il fallait formuler un petit reproche, ce serait peut-être au niveau du travail sur les paysages qui sont moins envoûtants que ceux du « Cycle de l’eau » (les deux premiers tomes). Il est aussi vrai que le contexte de la B.D est ici plus austère.

Okko reste donc une B.D phare du catalogue Delcourt. Hub ne fait là que conforter le caractère indispensable de sa série pour tous les amateurs de dépaysement. A suivre : le « Cycle de l’air » qui comme ses prédécesseurs, sera composé de deux ouvrages. On attend déjà avec impatience !

okko_noburo
(ci-dessus : Noburo – Hub© éd. Delcourt)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :