Collec’ : Le CosmoDragoon de Galaxy Express 999 à l’échelle 1:1

cosmodragoon1 Voici un « nouvel » objet de collection qui va faire des heureux parmi les fans du maître mangaka Leiji Matsumoto. Disponible depuis fin 2007 chez Taito, il s’agit du célèbre CosmoDragoon (ou CosmoGun), revolver porté entre-autre par le Capitaine Harlock (Albator chez nous…). Peu onéreuse, cette réplique grandeur-nature n’en est pas moins une réussite qui fait honneur au splendide animé qui l’a inspirée : Galaxy Express 999

Merci Taito !

Depuis quelques temps maintenant, le japonais Taito édite des objets dérivés du Leiji-verse (l’univers des mangas de Leiji Matsumoto). Possédant la particularité d’être peu chers, ces produits sous licence officielle sont en contrepartie des modèles en plastique peint, au profil plutôt jouet de collection que pièce de musée. Ainsi, l’Arcadia (vaisseau d’Harlock) sorti l’an dernier n’a-t-il pas grand chose à voir avec le superbe exemplaire en métal injecté figurant au catalogue de Miracle House.

Ceci étant, lorsque la firme propose l’acquisition d’une réplica du mythique revolver CosmoDragoon à l’échelle 1:1, on marque forcément un temps d’arrêt. En effet, les quelques très rares éditions précédentes de l’objet furent tantôt peu convaincantes (notamment celle de Marushi, spécialiste des répliques d’armes), tantôt réservées à des passionnés aux bourses bien garnies (100 à 300 $ pour des maquettes à monter et à peindre). Bref, le CosmoGun de Taito sous licence GE999 arrive à point nommé…

Un peu d’histoire…

Le CosmoDragoon apparaît avec la première série d’Albator. Mais l’arme futuriste au look de vieux Colt va réellement forger sa redoutable réputation grâce à la série-animée Galaxy Express 999 (et le long-métrage animé qui suivit). Dans GE999, l’arme est remise à un jeune garçon, Testuro Hoshima, par la vieille mère de celui qui en est l’inventeur : Tochiro Oyama, également ingénieur-concepteur du vaisseau d’Harlock. Le garçon veut en effet tuer le Comte Mécanique pour venger la mort de sa mère et le CosmoDragoon est le seul réputé à pouvoir éliminer les cyborgs (image ci-dessous). Au final, ce sont 4 de ces revolvers-laser qui se balladent dans l’univers de Matsumoto : l’un détenu par Harlock, un autre par Emeraldas (la femme-pirate), un troisième par Tochiro lui-même et enfin, un dernier par la mère de Tochiro qui en fait don au jeune Tetsuro. Ce sont ces 4 pétoires, identiques sur la forme mais frappées de n° de série différents, qui sont éditées par Taito…

ge999_cosmodragoon

Un CosmoDragoon chic et pas cher (photos : N4FF)

30 euros, c’est le prix moyen de vente constaté pour cet article en import japonais fabriqué en Chine. Malgré le prix « cheap », la boîte (un élément de l’objet à part entière pour les collectionneurs) possède un graphisme élégant. Une large fenêtre plastique permet d’apercevoir le revolver. Anecdotique ? Pas tant que ça pour les férus de détails… En effet, comme précisé plus haut, il existe 4 CosmoDragoons. C’est un chiffre (de 1 à 4) gravé sur le barillet qui permet d’identifier son porteur :

n°1 : Tochiro
n°2 : Exemplaire remis par la mère de Tochiro à Tetsuro Hoshima
n°3 : Harlock
n°4 : Emeraldas

cosmodragoon2

Une fois ouverte, la boîte révèle son contenu, logé dans un moule thermoformé : le CosmoGun (37cm de long), un certificat d’authenticité numéroté et un stand cartonné à plier imprimé du lettrage GE999 (Ginga Tetsudo 999). Concernant ce dernier, on se demande quand même si Taito n’aurait pas pu opter pour un modèle plastique même basique. Cela aurait-il alourdi les coûts de production à ce point ? Une vraie faute de goût car pour le reste, l’objet est surprenant !

cosmodragoon3

Effectivement, pour le prix, c’est du tout plastique. Notre CosmoDragoon émarge donc dans la catégorie poids-plume. Ne cherchez pas non plus à actionner un quelconque mécanisme : le barillet tourne sur son axe, la gâchette s’appuie, mais aucun lien entre les deux. Par contre, là où l’objet surprend, c’est dans sa finition : l’assemblage des deux faces n’est certes pas millimétré, mais il est très propre : on aperçoit les jonctions mais sans débord et aucun résidu de coupe ne traîne nullepart.

La mention spéciale revient à la peinture, dont les effets de métal usé-brossé sont assez bluffant. Evidemment, le rendu serait sûrement tout autre avec une coque métal, mais on est surpris par les reflets qui donnent la parfaite sensation d’avoir à faire à de l’acier. En exposition, ce CosmoDragoon fait ainsi parfaitement illusion sur sa consistance.

cosmodragoon4

Quant à la crosse, également en plastique, elle parvient à jouer suffisemment les trompe l’oeil même si elle manque d’un petit effet pâtiné qui aurait renforcé sa crédibilité. Mais là encore, l’assemblage des éléments est propre et bien au-dessus de la moyenne pour un objet tout plastique. Le logo Jolly Roger au design caractéristique d’Harlock incrusté au talon est également très bien fini. On apprécie.

cosmodragoon6

Enfin, pour finir, les petits détails qui plaisent fatalement aux collectionneurs : ici, les mentions de série et de fabrication qui apportent la touche d’authenticité qui parachève le tout. A ce propos, on remerciera Taito d’être resté extrèmement discret sur l’aposition de sa marque et du « made in China » qui figurent tous deux en caractères très légers à l’extrémité du corps du revolver (côté crosse).

cosmodragoon5

En résumé l’objet, compte-tenu de son mode de fabrication, a plutôt fière allure notamment grâce à une mise en peinture qui est vraiment très réussie. Il ne déméritera pas aux côtés de pièces plus prestigieuses. Et c’est en tous cas aujourd’hui le moyen d’intégrer cet oiseau rare dans une collection à moindre frais.

4 commentaires pour Collec’ : Le CosmoDragoon de Galaxy Express 999 à l’échelle 1:1

  1. Wazcrack dit :

    Comment ne pas être admiration devant ce bel objet certe en plastique, mais nous rappelant tant de souvenirs Harlockiens… Il a effectivement l’air très bien fini sur les photos. A quand les « gendarmes et les voleurs » au CosmoDragoon dans les cours d’école? Ca serait tout de même plus la classe qu’un mini P38 en platique.

  2. jeff dit :

    En effet ! Et un brin plus épique aussi !

  3. Cyril dit :

    Joli travail en terme de revival en ce moment🙂

  4. jeff dit :

    Oui, il y a de l’inspiration ! Je me permets à ce titre de proposer également ce petit lien vers Asia.2803 concernant les goodies commémoratifs du trentenaire de Space Battleship Yamato (autre grande œuvre de Matsumoto) :
    http://asia.2803.com/japon/space-battleship-yamato-a-30-ans/
    A voir !😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :