CD musique : Rivers Cuomo (Weezer) – « Alone – The home recordings »

cuomo_cover En attendant le nouvel album de Weezer prévu pour le courant 2008, Rivers Cuomo, chef de file du groupe, déballe une galette solo. Rien à voir cependant avec un L.P en bonne et due forme puisqu’il s’agit comme le titre l’indique, de « home recordings« , autrement dit, de démos enregistrées par le sieur himself chez lui entre 1992 et 2007. Fatalement, ça pousse à la curiosité…

Sortir un compilation de démos pour le leader de Weezer ? Un peu facile non ? Sachant que Cuomo est le principal auteur-compositeur du groupe, on se doute qu’il a des cartons pleins de titres inutilisés. Mais étant donné qu’il est aussi un songwriter génial, on se dit qu’il doit avoir quelques perles dans ses archives personnelles.

Ce sont au total 18 titres qui figurent dans cet assortiment, tous des inédits, mis à part la démo de Buddy Holly, titre-phare du Blue Album de Weezer, qui permet de mesurer les évolutions qui ont lieu entre l’élaboration des bases et une version finalisée en studio.

Le principal intérêt de Alone – The home recording est en fait centré sur 5 morceaux : Longtime Sunshine, Blast Off !, Who You Callin’ Bitch ?, Dude We’re Finally Landing et Superfriend. Ces unreleased furent originellement composés pour ce qui aurait du être le deuxième disque de Weezer : un concept-album sous forme d’opéra-rock intitulé Songs from the black hole, abandonné au profit de Pinkerton qui comportera toutefois 2 chansons prévues dans le projet avorté (Tired of sex et Why bother). Si certaines de ces compositions inédites ont un temps circulé sur le net, l’occasion est donnée d’en profiter pleinement, d’autant qu’elles constituent les démos les plus fignolées de cette compilation.

Au rayon des autres curiosités, on trouve Wanda, titre enregistré pour la B.O du film Angus de Patrick Read Johnson (1995) mais qui en sera finalement écarté pour rester au fond des tiroirs de Cuomo, ainsi que quelques reprises : The world we love so much de Gregg Alexander (frontman de feu The New Radicals), The bomb du rappeur Ice Cube et Little Diane de Dion and the Belmonts (vieux rock-band U.S des 50’s).

Enfin, quelques compos non retenues pour les albums du groupe complètent le tableau, des titres effectivement pas forcément indispensables même s’ils affichent le caractère mélodique sympathique habituel de Weezer.

En définitive, Alone – The home recordings se pose en quelque sorte comme un outsider : ce n’est ni un véritable album, ni un recueil de raretés absolument indispensables. Les inédits qui auraient du composer Songs from the black hole restent les seules vraies pièces maîtresses de ce disque qui malgré son potentiel charismatique ne fait figure d’incontournable que pour les fans soucieux de ne rien laisser filer qui concerne le groupe-référence qu’est devenu Weezer. Une full-démo de Songs from the black hole, même non achevée, ça, ça aurait été diablement inédit !

Ci-dessous : Une petite écoute de Superfriend qui figure sur la présente compil’.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :