Test jeu vidéo PC : GEARS OF WAR

gow_coverAprès avoir été à ce jour l’un des rares killer games sur consoles next-gen (la X-360 en l’occurence), Gears Of War a finalement fait l’objet d’un portage sur PC. Si ce type d’opération fait toujours craindre le pire, là, Epic et Microsoft Game Studios ont assuré pour proposer, plus qu’une simple transposition, une vraie version PC avec 5 niveaux supplémentaires par rapport à le version console. Bienvenue au royaume de la castagne ! Voici notre test en forme de fake-interview du héros : Marcus Fénix…

Aujourd’hui, Marcus Fénix, héros que vous contrôlez dans Gears of War (GOW), reçoit N4FF pour une vrai-fausse interview afin de nous présenter lui-même ce fantastique soft de tir à la 3ème personne. Corpulence de titan, armure ternie par les combats, il nous salue d’une poignée de main qui me fait perdre l’usage de 2 doigts… On y est !

Ci-dessous : Marcus Fénix (à droite), personnage que vous dirigez dans le jeu.

gow_marcus

N4FF : Marcus, pouvez-vous vous présenter et nous dire ce qui se passe dans GOW ?
Marcus Fénix : Je suis membre des forces de la Coalition. On lutte contre les locustes, des créatures E.T armées jusqu’aux gencives. C’est moi que vous contrôlez dans le jeu. Ici, tout a été dévasté et c’est infesté de bestioles. Je suis là pour faire un peu de… nettoyage, disons.

N4FF : Mmh, dites Marcus, vous êtes tous plutôt hyper barraqués dans la profession !
Marcus : Bah oui ! On est passé par quelques injections hormonales, mais bon, on fait pas de compète cycliste alors on s’en tappe ! Ah ah ah ! Blague à part, il faut supporter les salves de plombs et aussi les coups au corps à corps. Découper un ennemi avec la bayonnette-tronçonneuse du fusil d’assaut après avoir couru, plongé pour se mettre à couvert, fait des roulades pour éviter les tirs et tout, faut de la condition.

N4FF : A ce propos, vos créateurs ont bien pensé votre mobilité sur le champ de bataille non ?
Marcus : Oui, c’est un fait. On me dirige aussi aisément avec un pad qu’avec le couple clavier-souris. Des doubles-pressions sur les touches de mouvement m’envoient automatiquement vers la couverture la plus proche ou me font culbuter pour esquiver les tirs. Une fois planqué, je peux au besoin tirer en aveugle par dessus les murets. J’enjambe les obstacles comme un écureuil. Et quand je cours, vous avez comme une caméra de reporter de guerre qui me colle au train. Vous êtes au coeur de l’action ! Je suis donc bien moins raide que Max Payne dans le même style de jeu.

Ci-dessous : En position de visée, la caméra vient se placer au niveau de l’épaule du soldat. Le rouge à l’écran signale que vous êtes touché.

gow_combat

N4FF : Un mot sur votre attirail militaire ?
Marcus : On a de ces pétoires ! A côté, le plus gros couteau de cuisine de ma grand-mère passe pour un cure-dent ! D’abord, notre fusil de combat équipé d’une tronçonneuse. Ensuite, un bon vieux pompe pour la courte distance, des pistolets en secours. Et le Rayon de l’Aube, un laser qui permet de désigner une cible à un satellite, seul moyen de faire frire les locustes géants ! Par contre ce truc nécessite un ciel dégagé. Sinon, y’a des grenades et il est toujours possible de fracasser le crâne d’un locuste agonisant à coup de crosse et de manier des mitrailleuses fixes.

N4FF : Gears of War est donc violent…
Marcus : Tu crois quoi ? On est pas dans les Sim’s ni en train de se trémousser sur le dernier album de Kyo ! Oui, GOW brille par son action soutenue. Y’en a qui diront que c’est bourrin, mais c’est tellement bien fait et rythmé qu’on accroche de suite. Sûr que l’hémoglobine est présente. Mais la guerre propre, tu y crois toi ?

N4FF : Dans le jeu, on vous dirige à la 3ème personne. Et lorsque vous visez…
Marcus : … Hop, la caméra se place par-dessus mon épaule ce qui permet de bien ajuster le tir ! Quand je suis à couvert, dos au mur, je sors juste la tête pour viser et tirer et je peux revenir à l’abri illico, un peu comme mon ami Snake de Metal Gear Solid.

N4FF : Et les munitions dans ce bazar ?
Marcus : Des caissons de ravitaillement traînent pour refaire le plein. Et on peut aussi ramasser les restes.

N4FF : Comment ça se passe quand l’un d’entre-vous est touché ?
Marcus : C’est moi qui me coltine le sauvetage. Je me rapproche de mon équipier pour le soigner rapidement. C’est pénible parce que les gars foncent un peu tête baissée… Je peux bien leur donner des ordres, mais c’est limité : foncer dans le tas, rester en défense ou me rallier.

N4FF : Et vous, on vient vous secourir ?
Marcus : Que dalle ! Alors je dois être prudent. Si je suis touché, mieux vaut rester un peu à l’ombre pour récupérer. Sinon, game-over et on redémarre au dernier chekpoint auto.

Ci-dessous : Un redoutable Berserker locuste… Il va falloir user du Rayon de l’Aube !

gow_berserker

N4FF : Même si les environnements sont en ruines, on peut dire qu’ils sont réussis!
Marcus : Ah oui. C’est beau ! Ca respire le cyber-gothic-punk à plein nez. Tu sais, ce mélage futuriste et vieilles bâtisses de style heroïc-fantasy. Moi, ça me rapelle Space Hulk à l’époque ! En fait, on est comme ces marines qui allaient tanner du « genestealer ». Ambiance comparable pour job comparable.

N4FF : Un dernier mot ?
Marcus : Oui. Achetez ce jeu, c’est l’un des meilleurs shooters à la 3ème personne de tous les temps. Et un vrai soft PC. Pas une pâle copie du jeu console. La prise en main a bien été recalibrée. Et les 5 tableaux supplémentaires de cette version PC donnent du fil à retordre. Avec 3 niveaux de difficulté et le mode online en plus de la campagne solo, z’avez de quoi faire ! Bon frag à tous !

N4FF : Merci Marcus. Et nous, on vous dit un mot de plus. Oui, GOW est excellent, tant sur l’ambiance, que le graphisme ou le gameplay (malgré une légère répétitivité au bout du compte). L’I.A des locustes n’est pas à son apogée mais ces derniers sont assez mâlicieux pour rendre le challenge intéressant. Même chose pour les marines qui accompagnent Marcus : ils y vont parfois sans trop se poser de question mais dans la dynamique du jeu, ça ne jure pas. Payés pour la baston, les bidasses y vont bon train. Qui plus est, malgré la carrure impressionnante du héros, il vaut mieux rester prudent. Les excès de zèle ont vite sanctionnés ! Les diverses possibilités d’esquive, de couverture et de tir sont donc à exploîter pleinement. En résumé, ça nous donne un très bon jeu vidéo PC qui loin de démériter par rapport à la mouture console, se pose comme une référence du genre. Un véritable hit ! Par contre, signalons que votre config, sans être forcément aussi stéroïdée que Marcus, devra disposer de ressources ! Ne comptez pas jouer avec le minimum indiqué sur la boîte : P4 2,4ghz, 1Go RAM et une GeForce 6600… On a testé cette config. Ca freeze, ça plante, même en 800×600… A titre indicatif, sachez qu’avec un P4 3Go, 2Go RAM et une GeForce 7600GT 256Mo, ça tourne fluide en 1024×768 avec les options en « moyen ». A bon entendeur ! A part ça, GOW est vraiment une réussite en tous points ! En somme, c’est un indispensable !

4 commentaires pour Test jeu vidéo PC : GEARS OF WAR

  1. Polux dit :

    Oula! attention quand même… ce jeu est bon, mais bourré de bugs ( la faute au systeme ‘Live’ pourri de Microsoft ). Le forum d’EPic est surchargé de plaintes diverses, sans réponses… le jeu se met à lagguer sans raison, souffre de stuttering ( pause de chargement sans arrêt durant le jeu ), perds les sauvegardes ( véridique! )… en bref, une vraie bouse de finition… Donc, soyez prudents… le jeu serait une tuerie, s’il n’y avait pas tous ses bugs ( chez moi c’est stuttering a mort sur ma config: 3GoDDR, Core2Duo E6600, 8800GT 512Mo!!!! Pour info: Crysis tourne fuide en 1680×1050 tout en high sur la même config )… donc pour moi, un petard mouillé!

  2. jeff dit :

    Ah, Polux, ça fait plaisir de te retrouver sur N4FF ! Pour ma part, je n’ai pas souffert de bugs de gameplay (sauf une fois, un équipier p.n.j qui m’a bloqué et impossible de me dégager !). Et je n’ai jamais connu de pertes de sauvegardes pour ma part (ouf !). Autrement, il est vrai que malgré la fluidité ambiante après calibrage des options, on a toujours, quoiqu’il arrive, à essuyer lag + stuttering. Et c’est sûr qu’à config égale, Crysis tourne nettement mieux ! A part ça, bonne adaptation quand même, même si le jeu aurait pu être vraiment mieux optimisé au niveau du « running », y’a pas photo. Mais le plus moche dans l’histoire, c’est encore qu’on fasse croire aux gens qu’il peuvent jouer avec un 2,4ghz et une 6600… Ca c’est de l’escroquerie pure et simple ! Alors qu’aujourd’hui, la majorité des éditeurs fait des efforts pour rester un minimum réaliste…

  3. Polux dit :

    Entièrement d’accord. Pour ma part, il m’a perdu les sauvegardes trois fois de manière aléatoire ( et espacé dans le temps )… je peux te dire que j’etais vert. Tout refaire alors que tu etais a l’acte 4… Je pense qu’Epic s’est fait plomber par microsoft sur le coup. Leurs accords financiers les ont torpillé. C’est effectivement l’ajout du systeme live qui semble poser souci ( a sa sortie, un patch est même sorti rapidos de chez crosoft ) puisqu’il existe un crack qui enleve purement et simplement ce systeme ( du coup les saves se font en local et le cd n’est plus necessaire pour jouer ) et zou… le stuttering s’est envolé… comme par magie.. C’est quand même fou, on achète un jeu qu’il faut cracké pour pouvoir jouer correctement… m’enfin… Epic paye maintenant toutes ces erreurs ( gears of war etait très attendu et sa sortie etait observée par beaucoup de fans ).. Unreal tournament III a été boudé a mort, et il n’y a que très peu de joueurs sur les serveurs ( alors que pour les précédents, c’etait la folie, tout le monde y jouait )…Domage, il n’utilise pas le live lui, et aucun stuttering ( le moteur n’est donc pas en cause )… En tout cas, excellent Test, comme d’hab😉

  4. jeff dit :

    Ah ah ! Pour le crack, je ne savais pas ! Un comble en effet et je suis assez d’accord : oui, Epic a du se faire manger un bras dans les accords avec Microsoft. Est-ce d’ailleurs un hasard que ce soit un soft estampillé par firme de Redmond qui pose ces problèmes ? On commerce avant tout… La finition passe après. En tous cas, tes précisions sur le moyen d’éviter le stuttering sont intéressantes ! Mais c’est quand même délirant ! A l’opposé, quant on voit le boulot d’une boîte comme Crytek sur Crysis et déjà sur Far Cry à l’époque, on ne peut que constater que tout le monde ne fait pas les mêmes efforts et n’a pas le même souci de qualité !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :