Test jeu vidéo : Guitar Hero 3 – Legends of Rock

gh3coverFaites de la place, poussez les meubles du salon: Guitar Hero est de retour ! Il faudra au moins ça pour aménager votre scène personnelle. Car le soft est plus énergique que jamais grâce à une liste de titres endiablés qui vont vous donner envie de bouger furieusement, votre guitar-paddle en bandoulière ! En résumé voici un jeu qui fait très mal !

Amis guitaristes ou à l’inverse, vous qui regrettez de ne pas avoir appris à jouer de cet instrument (ou pas suffisamment), voici de quoi vous donner ample satisfaction ! Car Guitar Hero, rien de mieux pour se sentir six-cordiste grâce à un accessoire magique : le contrôleur en forme de guitare que l’on se passe autour du cou comme une vraie « gratte » et qui remplace le traditionnel paddle. Ensuite, il ne reste plus qu’à travailler le doigté pour devenir une vraie star…

Ci-dessous : Le « full-pack » PS3 et son guitar-paddle Gibson Les Paul (80 euros). Sachez que le jeu est aussi en vente seul si vous possédez déjà un contrôleur.

gh3_ps3pack

Au rang des bonnes surprises de cette cuvée 2007 : la guitare-contrôleur livrée dans le pack est wireless ! De quoi laisser libre-cours à vos instincts de rockers déjantés en effectuant des sauts de cabri à la Van Halen dans toute la piaule ! Autre détail très appréciable : Guitar Hero 3 est pleinement accessible aux gauchers (éternels oubliés parmi les « gratteux ») du moins sur le guitar-paddle livré avec la version PS2 que nous avons testée (nous n’avons pas eu celui des consoles next-gen entre les mains) : en effet il s’inverse grâce à une double attache ce qui donnera à nos amis gauchers une attitude très hendrixienne avec la tige de vibrato en haut de la caisse ! De plus, l’affichage du jeu est adaptable en conséquence ! Saluons l’initiative ! Ajoutons que fort de son partenariat officiel avec la firme Gibson, Activision poursuit sa série de contrôleurs-guitares aux formes de la marque : Les Paul pour les 3 consoles « modernes » et Kramer Striker pour la PS2.

Autre point fort à l’actif de GH3 : Sa playlist prestigieuse. 70 titres (à débloquer au fur et à mesure en mode « carrière ») répartis dans tous les styles rock, des 70’s jusqu’à nos jours. Tous ceux qui ont un brin de culture musicale digne de ce nom apprécieront la diversité et l’intensité : Alice Cooper, Pat Benatar, Sex Pistols, The Who, RATM, Guns’n’Roses, les Stones, Weezer, Pearl Jam, Iron Maiden, Stevie Ray Vaughan… La liste complète des titres est sur le site du jeu. Activision a même lâché les biftons pour nous offrir une bonne moitié des morceaux en enregistrements originaux. Cela diminue d’autant les reprises parfois réarrangées de manière douteuse (on se souvient de Killing in the name dans GH2, rendu politiquement correct par l’amputation de ses « F**k you ! »).

Passons ensuite au gameplay. Le principe de base reste inchangé : il faut jouer les notes qui arrivent au bas de l’écran au bon moment en grattant le « médiator » du guitar-paddle et en appuyant sur les touches correspondantes du manche (avec les histoires de notes normales, notes longues, accords et enchaînements permettant de récolter des bonus pour déclencher le Star-Power). 4 niveaux de difficulté sont toujours présents, du « facile » au frénétique « expert ».

Ci-dessous (screenshot éditeur) : Relookés, les éléments de l’interface restent inchangés : le compteur des points à gauche et le « rockomètre » à droite. Petit détail amusant : le Star-Power matérialisé par des lampes d’ampli ! Chauffez-moi tout ça !

gh3_cap20

Pas de grosse innovation donc, mais on relève tout de même quelques changements. Dans le bon :
– Le calage rythmique plus fin de GH3 procure d’excellentes sensations guitaristiques. Il semble aussi dans le même temps qu’il faille être plus précis. En effet, le jeu tend à moins pardonner les approximations.
– L’utilisation des hammer / pull-off a été élargie, les notes jouables de cette manière étant luminescentes pour une meilleure identification.
– Même ceux qui ont écumé les précédents volets à en raboter le manche de leur contrôleur trouveront ici leur compte puisque à niveau égal, GH3 ajoute de la difficulté, du mode « facile » au mode « expert » (ce qui ravira les shredders comme notre ami là…).
Quant aux curiosités (car on ne peut vraiment parler de défauts) :
– Une nouveauté dont on aurait pu se passer : des duels contre des boss, à savoir Tom Morello de Rage Against The Machine et Slash de Guns’n’Roses / Velvet Revolver. Ces duels consistent à faire mieux que votre adversaire. Et histoire de prendre l’ascendant, chacun peut envoyer à l’autre des tricks déstabilisants glanés grâce à des séries de notes justes : corde cassée, vibrato bloqué, surcharge de l’ampli… Ce délire anecdotique aurait pu passer en guise de jeu bonus. Mais qu’on nous case pareil challenge en mode « carrière », c’est franchement sans intérêt… De plus, après quelques raclées mal comprises, on saisit vite qu’il suffit d’être basique : balancez tous les malus possibles à l’adversaire pour éviter qu’il en récolte et tâchez de bien jouer de votre côté. Ca mérite un gros « bof… ».
– Si le mode solo est une franche réussite, on s’interroge sur le lifting du coop. désormais uniquement jouable en mode « carrière » ! Plus de « partie rapide » à deux ! Pour pallier cela, une seule solution : lancer une « carrière coop. » sauvegardée, sachant toutefois que vous n’aurez accès qu’aux morceaux débloqués dans la partie en cours. Etrange décision…

Ci-dessous (screenshot éditeur) : On apprécie les animations des personnages. Le mode « carrière » vous propose de choisir vos « héros », du keupon sauteur (ici à droite) à la vamp en cuir en passant par le clône version XXL de Paul Stanley…

gh3_cap10

Mis à part ça, GH3 a tout pour lui. Y compris au niveau graphique (même si au fond, dans un jeu pareil, ce n’est pas non plus prépondérant). Les écrans de menus restent toujours bien rock’n’roll (rappelant parfois les artworks des pochettes de White Zombie) et les cut-scenes du mode « carrière » et leur design manga redonnent un peu de peps à l’habillage. Les animations en cours de jeu restent délirantes et les personnages disponibles, customisables au niveau du vestimentaire et de l’équipement, ont toujours un fort potentiel charismatique. En clair, on est bien dedans ! Sur la durée de vie, le soft reste une valeur sûre. Une fois arrivé au bout de vos possibilités en solo, vous sortirez volontiers GH3 quand vos amis débarqueront à la maison. Si vous possédez deux guitares, nul doute que vous en viendrez vous-mêmes à provoquer des contests entre potes ! Ensuite, pour peu que vous soyiez persévérant pour évoluer vers les niveaux ardus, vous en profiterez d’autant plus.

Dernière observation pour les novices : jouer de la guitare pour de vrai, ça aide certes (notamment au niveau synchronisation et délié des doigts côté manche), mais ce n’est pas indispensable. Il suffit de ne pas vouloir trop en faire au début et de s’exercer via le mode « entraînement » et les « répèts », qui permettent toujours de travailler à vitesse réduite les passages qui posent souci. Par contre, le sens du rythme reste indispensable dans un jeu de ce type !

En conclusion, GH3 est immersif à souhait ! Un must en son genre ! Guitar-paddle en main, on s’y croirait ! Le jeu vous promet de grands moments d’amusement et de rock’n’roll et vaut réellement l’investissement. Débutants ou déjà guitar-heroes, allez-y les yeux fermés ! Vous jubilerez tous en alignant les licks furieux, chacun à votre niveau !

Dernier détail… Guitar Hero 3 n’est ni livré ni avec ceci pour les hommes, ni avec cela pour les filles… !

Publicités

2 Responses to Test jeu vidéo : Guitar Hero 3 – Legends of Rock

  1. melanie dit :

    cool & nul a la fois!!

  2. jeff dit :

    Ah ça, les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas. Mais qu’est-ce qui est « cool et nul à la fois » au fait ? Le jeu, le test, l’article… ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :